Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

Couv_Paul_site

Maxime Gorki

Paul le Malchanceux

Téléchargez les premières pages de Paul le Malchanceux

Quand il écrit Paul-le-malchanceux, Gorki est déjà connu pour ses récits Les Vagabonds qui montrent la vie errante des nombreux réfractaires qui n’arrivent pas à trouver leur place en Russie et partent sur les routes. Pendant des années, Gorki a lui-même sillonné la Russie à pied en leur compagnie. Il a appris leur langue riche et épicée, partagé les cellules des salles de police où on les parque, s’est passionné pour les péripéties de leurs vies qui témoignent de l’impossibilité à trouver le bonheur ou l’apaisement. De tout cela il a fait l’aliment de ses livres.

Paul-le-malchanceux s’éprend d’une jeune femme semi-prostituée et cette liaison tourne au drame. Paul fait partie de cette galerie de personnages pour qui Gorki a une tendresse particulière parce que personne ne leur apporte l’aide qui pourrait leur faire quitter le rivage du malheur. L’œuvre de Gorki est hantée par ce besoin de solidarité entre les hommes,dont l’absence est le plus sûr moyen de les renvoyer dans un monde où personne n’est plus rien et devient vite un être malfaisant. On retrouve dans ce roman les qualités de La Mère, de Thomas Gordéiev, de Un premier amour qui ont placé Gorki au premier plan de la littérature mondiale.

Prix

15 €

Quantité & panier

Caractéristiques

  • Pages : 195
  • Langue : Français
  • ISBN : 9782841099290
  • Dimensions : 140 x 200
  • Date de sortie : 28/04/2014

à propos de l'auteur

Author

Maxime Gorki, de son vrai nom Alexis Maximovitch Pechkov, naît en 1868 à Nijni-Novgorod. Après une enfance marquée par la maladie, la mort de ses proches, le vagabondage, divers petits métiers, il publie de premiers récits qui connaissent vite le succès et en font un porte-parole des classes populaires. Il participe au mouvement révolutionnaire, est arrêté en 1905, et contraint à l’exil. Son roman, La Mère, est poursuivi en 1909 pour agitation révolutionnaire. Il soutient le régime soviétique issu de la révolution d’Octobre, tout en exprimant certains désaccords. Il entretient avec Lénine des rapports complexes. Il séjournera souvent en Italie et rentrera finalement en URSS en 1933, où il sera élu président de l’Union des écrivains. Il meurt en 1936.

Revue de Presse