Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

Couv Jacquou le Croquant

Eugène Le Roy

Jacquou le Croquant

Pour les plus de cinquante ans, Jacquou le Croquant est d’abord une série télévisée réalisée en 1969 par Stellio Lorenzi, à l’époque où la télévision publique osait encore avoir de l’ambition. À l’origine, c’est un roman d’Eugène Le Roy publié d’abord en feuilleton dans laRevue de Paris du 15 mars au 15 mai 1899 puis édité par Calmann-Lévy en 1900. Située entre 1815 et 1830 dans le Périgord (Napoléon est à Sainte-Hélène), l’action de Jacquou a la force de la simplicité, de l’évidence des grands romans populaires.

Sur un coup de colère, Martissou, le père de Jacquou, tue Laborie, le régisseur du comte de Nansac, un homme détesté de tous pour sa morgue et sa violence…

Jacquou c’est une langue, ce fameux « parler croquant » cher à Claude Duneton, où les enfants sont des « drôles », où l’on coupe le pain « à taillons », où les châtaignes cuisent dans une « oule », etc. Mille mots montés de la terre et s’élevant dans le récit comme une ciel d’étoiles à la fois proches de nous et d’une singularité réjouissante.

Le cri de Jacquou est un cri de révolte contre l’injustice qui frappe les pauvres, les humbles et les affamés ; les croquants…

Le combat d’un homme devient alors le combat de tous, un combat universel ;
et c’est là toute la grandeur de ce livre.

Gérard Mordillat (extrait de la préface)

Prix

20 €

Quantité & panier

Caractéristiques

  • Pages : 320
  • Langue : Français
  • ISBN : 9782370711830
  • Dimensions : 140x195
  • Date de sortie : 7 novembre 2019

à propos de l'auteur

Author

Eugène Le Roy habite dans la campagne depuis son enfance et mène une vie austère mais très proche de la nature. Après ses études, il fut percepteur en Dordogne, à Bordeaux, dans les Bouches-du-Rhône et Hautefort. Il acquit cette connaissance intime de la vie des gens, de leurs passions, de leurs petitesse et aussi de leurs vertus. Jacquou le croquant est sans doute son chef d’œuvre. De lui, un critique célèbre à l’époque, Émile Faguet, écrivit qu’il était le « Balzac périgourdin ».

Revue de Presse