Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

Prix Spécial
nouvelle couv Filigrane

Victor Blanc

Filigrane

Filigrane est le fruit de plusieurs années de travail. J’ai tenté, par ce poème narratif, chronique de la vie d’un jeune homme au XXI e  siècle, de trouver les fils souterrains qui nous rattachent au monde. Des vers « en liberté » nous conduisent de poème en poème, brisant ainsi la logique de « recueil » et donnant aussi une assise à la diversité formelle de chacun des poèmes : vers comptés et rimés, vers libres, rondeaux, poésie informatique, calligrammes, expérimentations visuelles, poèmes politiques, poèmes « geek », balades nocturnes… Tout mon projet, en fin de compte, peut se résumer en quelques mots : essayer de révéler ce qui se cache au plus profond du langage, sur la blancheur de la page, faire ressortir ce qui est tu et ce qu’on tait, sans trahir le caractère d’effacement de ce qui est enfoui. Se maintenir dans cet entre-deux du dit et du non-dit. D’où les effets de transparence qu’on lira dans le texte et que l’œuvre de Bernard Moninot en couverture rend admirablement. Ces secrets, ces voyelles que la prosodie classique efface et que j’ai tâché de faire sonner, sont pour moi le filigrane de nos vies.

Prologue

Je passe en courant sur les ondes
Je sais l’adresse exacte
Les ponts sous les ruisseaux
L’océan des nombres qui parlent
À voix secrètes
À vagues dénombrées
Je suis sur le parvis
De cette cathédrale
Virtuelle et belle aux fenêtres de
Laquelle
Les corps s’émoussent
Et se trémoussent
Comme des groseilles
J’entends pleurer faiblement près du clocher
Ah je connais des prophéties pornographiques
Où des culs s’entrechoquent
Au cœur-même de l’hiver
Comme on craque une allumette
Pour que renaisse un feu
Les cris du plaisir défiguré

Moi qui fais l’amour comme une femme !
Sur mon écran
Où Minuit a perdu son mystère
Je sens gronder la fringale
Au plus bas de mon ventre
Le tribal bâton
Des sirènes tribades
Et je me souviens qu’un jour
Dans un tipi sous la pluie de septembre
Une très jeune fille
Belle à se damner
Macrale rousse et haletante
Trépidait sur moi comme une fumée blanche !
Et je voyais va-et-vient
Ma queue
Nous pénétrer tous les deux !
Il est minuit Mes nerfs m’enterrent
C’est le temps des solitudes
Où chacun erre
Dans ses Bermudes
Triangulaires
Mon cœur pauvre et grelottant
Je fais le marché dans les catégories
Prenez pitié si vous n’avez que ça à faire
Les vidéos Les seins
Me dessinent
J’ai faim J’ai faim
Tout mon linge en porte les stigmates
J’ai faim J’ai faim
Si je n’avais pas eu l’informatique et ses fantômes
Je serais mort en moi-même
Je crois
Je vis au cou des femmes comme un parfum mauve
Et pourquoi suis-je aussi timide
Térébrante térébenthine

Avec ce qui m’envenime
Ces corps où je me désaltère
Je veux être une boucle pendante à vos oreilles

Prix

13 € 10 €

Quantité & panier

Caractéristiques

  • Pages : 147
  • Langue : Français
  • ISBN : 9782370711922
  • Dimensions : 145x190
  • Date de sortie : 03/2020

à propos de l'auteur

Author

Victor blanc est né en 1992 à Paris. Il fait actuellement des études de Lettres. Il a publié un premier recueil de poèmes, Réalité augmentée, en novembre 2012 aux éditions de l’île bleue. Il contribue ponctuellement aux Lettres Françaises.

Revue de Presse