Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

Mise en page 1

Jorge Amado

Suor

Une grande bâtisse, rose délavé, au coeur de l’antique Salvador de Bahia, là même où s’élevait le pilori au temps de l’esclavage. Aujourd’hui, l’esclavage est officiellement aboli ; mais reste la sueur du malheur, l’oppression des hommes et des femmes de ce quartier misérable, mais aussi la vitalité du peuple brésilien.
Écrit en 1934, Suor est l’un des premiers romans du grand romancier brésilien Jorge Amado, l’un des fondateurs du Temps des Cerises. Déjà se manifeste dans ce roman le sens épique, l’attention à la vie populaire, le sens des histoires et de l‘histoire de Jorge Amado.

Traduit du brésilien par Alice Raillard.
Première édition au Temps des Cerises en 1993

Prix

12 €

Quantité & panier

Caractéristiques

  • Pages : 156
  • Langue : Français
  • ISBN : 2841090020
  • Dimensions : 140 x 1950
  • Date de sortie : 15/03/2015

à propos de l'auteur

Author

Membre fondateur du Temps des Cerises. Né dans une plantation de cacao autour de Salvador de Bahia, Jorge Amado est lié dès son enfance au monde des travailleurs et des paysans brésiliens. Bahia, la 'terre violente', constitue le décor essentiel de Pays du Carnaval en 1931. La même année, le jeune écrivain et journaliste milite très activement au Parti Communiste, alors interdit au Brésil. Son engagement lui a valu une suite d'exils, d'errances et de retours. Emprisonné une douzaine de fois, ses livres furent brûlés et détruits. Contraint à l'exil en Argentine en 1941, il fut pourtant de retour dans son pays en 1945, où il fut élu député communiste. Lorsque le Parti Communiste fut à nouveau interdit, il s'exila encore, se réfugia en France, puis à Prague, pour enfin revenir au Brésil. De fait, Jorge Amado est aussi bien célèbre dans son pays qu'à l'étranger. Son lyrisme engagé transparaît dans nombre de ses livres et notamment dans 'Le Pays sans retour', publié en 1942. L'inauguration d'une fondation portant son nom à Salvador de Bahia en 1987 consacre la pérénnité de son engagement. Le romancier meurt à 1988 ans sans avoir pu terminer son ultime roman.

Revue de Presse

On commence par lire en flânant, les mains dans les poches, le regard un peu blasé, et puis… et puis on est bientôt pris par l’envie d’en finir au plus vite, tellement ça nous saisit les narines d’un remugle écœurant. Odeurs d’huile rance et d’humidité, d’eau croupie et de cabinets bouchés, le tout parfumé à la sueur aigre des hommes macérant depuis longtemps dans des vêtements crasseux. Alors, oui, ça schlingue du début à la fin, mais… mais ce n’est pas l’homme qui pue, c’est la vie qu’il mène au fond de son cloaque, et c’est d’elle aussi dont on veut s’échapper.
En un peu moins de deux-cent pages et vingt tableaux d’un réalisme cru, Amado dresse la typologie d’un clapier de quatre étages et de sa faune plutôt cosmopolite. Le clapier, c’est un vieil immeuble du vieux Bahia situé sur les hauteurs de la ville, là-même où les esclaves d’Afrique étaient jadis ficelés au pilori, puis fouettés au sang jusqu’à ce que mort s’ensuive. A l’époque de Suor (courant des années 30), le pilori a été rasé rasibus et l’esclavage aboli, mais le nom est resté et la symbolique aussi : le Pelourinho est devenu le quartier de Bahia où les pauvres s’entassent les uns sur les autres, dans la promiscuité et l’absence d’hygiène, vivant de petits boulots ingrats et mal-payés, jusqu’à ce que la maladie les prenne et que la mort les emporte.
Bref, toute cette humanité rampante vit là en agrégat, côte à côte mais pas vraiment ensemble, séparés qu’ils sont par des cloisons, des planchers, des paliers, des couloirs. Un manque d’unité criant, dont rend parfaitement compte le livre de par sa construction fragmentaire, en chapitres courts et concis, parfois de seulement sept ou huit lignes, sans personnage principal, ni même d’histoire à proprement parler, mais avec une incroyable imbrication d’anecdotes en tout genre, de petites tranches de vie et surtout de misères qui, s’additionnant, finissent peu à peu par former un tout homogène.
Aticle de Bruno Moro, paru dans Librairie Entropie Paris