Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

Couv_La ville quel genre

Ouvrage collectif

La ville : quel genre ?

L’espace public à l’épreuve du genre

 

Le constat : les normes de genre attribuant aux individus des rôles et des statuts spécifiques en fonction de leur sexe assigné, genre, sexualité, etc. supposent une pratique de l’espace public conditionnée ; ce même espace public est majoritairement conçu, construit, approprié par les hommes.

Les études se font plus nombreuses, elles révèlent pour la majorité des femmes une sensation d’exclusion, de n’être pas à sa place, de devoir surveiller son comportement, d’être moins acceptée voire vulnérable en certains lieux, à certains horaires…
Cet ouvrage a pour ambition d’associer les éléments d’un état de la recherche en sciences humaines et sociales à propos des rapports sociaux de sexes et de l’espace urbain, mais aussi, et surtout, d’ouvrir des pistes opérationnelles utiles aux différents groupes acteurs de la ville, et à toutes celles et ceux qui fabriquent quotidiennement la ville, en héritent et la transforment.
Que pourrait être une ville non sexiste ? non discriminante ? L’approche pluridisciplinaire proposée ici incite à lire, agir, construire avec le genre. Les espaces concernés sont urbains : métropoles, villes-centres, banlieues. Il s’agit d’espaces publics, du « vivre la ville », de s’y déplacer, de l’habiter.
Ce livre n’est pas un manuel des bonnes pratiques à appliquer mécaniquement, mais une invitation à inventer, à remettre en question un urbanisme, dont le modèle majoritaire est un homme jeune, bien portant, hétérosexuel, de classe moyenne, souvent véhiculé.

Approches en architecture, géographie, lettres, psychologie, sociologie, urbanisme sont ici regroupées à l’invitation d’un groupe de chercheurs et chercheuses, Les Urbain.e.s, qui développe un programme de recherche-action à Gennevilliers depuis 2013.

Directrices de publication

Emmanuelle Faure, géographe, laboratoire LADYSS, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, coordinatrice du programme de recherche-action « La ville côté femmes » développé par les Urbain.e.s
Edna Hernandez-Gonzalez, architecte urbaniste, Institut de GéoArchitecture, Université de Brest, coordinatrice du programme de recherche-action « La ville côté femmes » développé par les Urbain.e.s
Corinne Luxembourg, géographe, laboratoire Discontinuités, Université d’Artois, coordinatrice du programme de recherche-action « La ville côté femmes » développé par les Urbain.e.s

Participant.e.s

Dolores Hayden, historienne et poète urbaine, est professeure d’architecture, d’urbanisme et d’études américaines à Yale.
Lidewij Tummers est urbaniste à l’Université de Delf. Elle travaille notamment sur la planification urbaine, la prospective et la participation citoyenne où le genre tient un rôle important.
Christina Horvath est enseignante-chercheuse en littérature française contemporaine à l’université de Bath (Grande-Bretagne).
Ariane Jossin est politiste, chercheuse au CNRS, elle travaille sur les thématiques du genre, des violences et de l’espace urbain.
Corinne Luxembourg est géographe à l’Université d’Artois. Ses travaux portent notamment sur le droit à la ville, les rapports du genre à l’espace urbain. Elle est l’une des coordinatrices de la recherche-action « La ville côté femmes » à Gennevilliers (2014-2020).
Vanina Mozziconacci est philosophe. Ses recherches portent principalement sur la place de l’éducation dans les théories féministes. Elle codirige, depuis janvier 2014, le laboratoire junior GenERe (Genre : Épistémologie & Recherches).
Davy Castel est psychologue social et du travail à l’Université de Picardie Jules Verne.
Marion Tillous est géographe à l’Université de Paris 8.
Giulia Custodi est architecte et philosophe à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette.
Ludivine Bergougnoux est en actuellement en master de sociologie à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Igor Martinache est professeur agrégé de sciences économique et sociales à l’Université de Lille 1.
Sophie Louargant est géographe à Grenoble Alpes Université et chercheuse à l’UMR Pacte. Ses travaux de recherches s’inscrivent dans le champ des études de genre en mobilisant une approche culturelle, sociale, politique des territoires et des territorialités. Elle analyse les processus de construction de l’action publique (prospective) au regard des pratiques individuelles.
Élise Vinet est psychologue sociale à l’Université de Lyon II. Elle explore en particulier les effets des contextes sociaux sur la dynamique des identités genrées, des ressentis discriminatoires, des rapports aux et à l’« espace » avec une méthodologie prédominante de recherche-action et d’expérimentation sociale.

 

Découvrez un autre livre de Corinne Luxembourg : Pour une ville habitable – De l’espace-temps comme enjeu démocratique.

 

Prix

15 €

Quantité & panier

Caractéristiques

  • Pages : 302
  • Langue : français
  • ISBN : 978-2-37071-109-0
  • Dimensions : 140 × 195 mm
  • Date de sortie : 14 mars 2017

à propos de l'auteur

Author

Cet auteur n'a pas de description pour le moment.

Revue de Presse

À écouter sur Paris plurielle, l’émission du 30 mars 2017 par Emmanuelle Faure et l’association Les Urbain.e.s.

Lien ici.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

À écouter sur Radio Aligre l’émission du 1er juin 2017, par Corinne Luxembourg, maître de conférences en géographie à l’université d’Artois.

Lien ici.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Chercheurs et professionnels sont d’ailleurs unanimes : s’il y a une prise de conscience incontestable de la part d’élus, on peine encore à passer au stade de l’action. « Il n’y a pas de changements brutaux dans l’aménagement des villes », note ainsi Emmanuelle Faure, coauteure de La Ville : quel genre ? (Ed. Le Temps des cerises) et membre de l’association Les Urbain.e.s. Les raisons seraient multiples :

« Les politiques publiques sont un reflet de notre société, la question de l’égalité de genre est absente dans les cursus [d’urbanisme et d’architecture], le féminisme est encore un gros mot dans la sphère publique et l’aménagement. Il faut aussi avoir des données chiffrées et qu’on y ait accès pour démontrer dans les faits ces inégalités. »

« Mieux accueillir les femmes dans l’espace public: le casse-tête des urbanistes et des chercheurs », article paru le 26 juin 2017 dans Le Monde. Pour en savoir plus, à lire dans son integralité ici.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 A lire dans les Chroniques du sillons

La ville quel genre