Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

Couv_Luxemburg_La Révolution russe

Rosa Luxemburg

La Révolution russe

Depuis quatre-vingts ans il n’existe pas d’article, de lettre, de brochure écrite par Rosa Luxemburg qui ait été l’objet de controverses aussi passionnées que les notes qu’elle rédigea en prison et qui furent publiées après sa mort sous le titre La Révolution russe.
Cette révolution, dès ses débuts (révolution de février 1917), Rosa Luxemburg en souligne l’importance et houspille ses correspondants qui ne partagent pas son enthousiasme. « Les magnifiques événements de Russie agissent sur moi comme un élixir de vie. Je crains que tous autant que vous êtes, ne sachiez pas en apprécier l’importance » (à Martha Rosenbaum, avril 1917). « Ne comprends-tu pas que c’est notre propre cause qui triomphe là-bas ? » (à Luise Kautsky, 15 avril).
Quand elle reçoit des nouvelles de la Révolution d’Octobre, elle écrit : « Les événements en Russie sont d’une grandeur et d’un tragique magnifiques. Le seul fait d’avoir tenté le coup est un fait marquant dans l’histoire du monde » (à Clara Zetkin, fin novembre).
Ces notes sur la Révolution d’Octobre furent rédigées à l’automne 1918 sur un cahier d’écolier. Elles furent mises en sécurité en janvier 1919 au lendemain de l’assassinat de Rosa afin de les soustraire aux perquisitions de la police.

Prix

10 €

Quantité & panier

Caractéristiques

  • Pages : 136
  • Langue : français
  • ISBN : 9782370711281
  • Dimensions : 115 x 200 mm
  • Date de sortie : 14 septembre 2017

à propos de l'auteur

Author

(1871-1919) Née à Zamose le 5 mars 1871 en Pologne alors annexée par l’empire tsariste, elle dut quitter Varsovie pour Zurich où, en même temps que des études brillantes, elle devint membre du « groupe des pairs » où se retrouvaient des émigrés révolutionnaires polonais. En 1898, elle part en Allemagne et milite au SPD (parti social-démocrate). La rigueur de ses analyses de Marx fait d’elle une fervente défenseuse des thèses de celui-ci. Pendant la première révolution russe en 1905, elle se rend à Varsovie et échappe de peu à l’arrestation. En 1916, la crise du SPD la pousse à créer avec Karl Liebknecht, Franz Mehring et Clara Zetkin la Ligue des Spartakistes, mouvement révolutionnaire et antimilitariste, ancêtre du KPD (parti communiste allemand). Elle en dirige le journal Die Rote Fahne. Elle suit la Révolution russe de 1917 avec attention, avec tout autant d’enthousiasme que de distance critique. L’année 1918 s’achève dans un climat révolutionnaire en Allemagne. Bien qu’opposée à l’insurrection spartakiste, qu’elle pense prématurée, Rosa Luxembourg y participe par loyauté et sera arrêtée le 5 janvier puis exécutée le 15 janvier 1919.

Revue de Presse