Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

letempsdescerises_L317a

Jean Marcenac

Je n’ai pas perdu mon temps

Avec Jean Marcenac, ce que nous empruntons, c’est le chemin encore mal balisé qui conduit un intellectuel au communisme. L’irréductible singularité d’une existence, le bariolage et la diversité d’une destinée, dans leur contribution à la prise de position politique et à son affermissement, sont ici parfaitement mis en évidence.
La biographie aère l’histoire, lui donne couleur et chaleur. Un homme tout en marchant du même pas que tous les hommes vers un but identique, suit pour y parvenir ce qu’il nomme « la voie intérieure ». Parce qu’il en tire la leçon, Jean Marcenac ne renie rien de ce qu’il a été, ni de ce qu’il a fait. Par delà les calomnies et les clichés, il nous donne à voir la vérité vraie d’un communiste sans réticences ; et l’on comprend dès lors qu’il puisse dire : Je n’ai pas perdu mon temps.
Qu’il s’agisse des songes et des colères de l’enfance, des influences familiales, de la rencontre de la classe ouvrière, du pays natal, du Front Populaire, de l’éloquence, du rugby, du surréalisme, de la lecture, du scandale, de la guerre, de la captivité, de la Résistance, de la « guerre froide », de l’amour, de la création poétique, de la peinture, du journalisme, des rencontres, des amitiés ou de la mort, ce livre où les mémoires et l’essai se marient à l’anecdote et à l’histoire, est avant tout un manifeste de la liberté d’esprit.

Prix

12 €

Quantité & panier

Livre épuisé

Caractéristiques

  • Pages : 382
  • Langue : Français
  • ISBN : 2-201-01601-1
  • Dimensions : 140 x 220
  • Date de sortie : 01/01/1982

à propos de l'auteur

Author

(1913-1984)
Après des études de philosophie, il s'inscrit au parti communiste et s'engage activement dans la résistance. Il publie ses premiers poèmes sous forme de tract et dans des journaux clandestins. Il est un proche d'Eluard et d'Aragon et traduit la poésie de Pablo Neruda. Sa poésie dite engagée défend les valeurs de la fraternité. Tourné vers l'avenir, la poésie est pour lui "constante espérance de la vérité à découvrir, production incessante du vrai et du sens."

Revue de Presse