Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Catalogue

Mise en page 1

Léo Figuères

De Trotsky aux trotskysmes

Quarante trois ans après son ouvrage Le trotskysme, cet antiléninisme qui eut à l’époque une grande diffusion en France et fut traduit en six langues, Le Temps des Cerises publie à titre posthume le dernier livre de Léo Figuères, disparu en août 2011. L’auteur, à qui on posait la question s’il avait changé d’opinion
par rapport à ce qu’il écrivait en 1969, répondait « Bien sûr que oui. Ce travail fut écrit dans les mois qui suivirent mai 1968 et en pleine polémique entre le PCF et ce qu’on appelait le “gauchisme” dont sa variante trotskyste. L’analyse péchait par ce qu’elle n’évaluait pas ce qu’il y avait de fondé dans la critique de Trotsky à l’égard de la bureaucratie dans le Parti et l’État ».
Pour l’auteur il est nécessaire d’aborder aujourd’hui le phénomène trotskyste, comme d’ailleurs toute autre formation du mouvement social, à la lumière des bouleversements qu’a connus le monde à la fin du XXe siècle. Les groupes se réclamant du trotskysme en France et dans d’autres pays sont souvent évoqués dans les médias et nombre d’observateurs du champ politique se posent bien des
questions à leur sujet. Ce travail ne prétend pas épuiser les problématiques de l’histoire et des orientations actuelles des différents groupes se réclamant de l’héritage idéologique et pratique de Trotsky, c’est une contribution au débat qui selon Léo Figuères est « mené aujourd’hui entre toutes les forces qui s’affirment attachées au rassemblement nécessaire pour ouvrir la voie à l’avènement d’un nouvel ordre social ».

Prix

12 €

Quantité & panier

Caractéristiques

  • Pages : 106
  • Langue : Français
  • ISBN : 9782841099313
  • Dimensions : 140 x 200
  • Date de sortie : 13/09/2012

à propos de l'auteur

Author

Né en 1918, typographe de formation, Léo Figuères commença très jeune son action de militant ouvrier. Il fut le porte-parole des organisations du Front populaire lors du rassemblement du 14 juillet 1935. Entré en résistance en Corse dès l'été 1940, il assura de 1941 à 1944, à Lyon, la direction des jeunesses communistes clandestines pour la zone sud de la France. Membre de l'Assemblée consultative provisoire au titre de la jeunesse résistante, puis député des Pyrénées Orientales aux Assemblées constituantes, il est secrétaire général de l’Union de la Jeunesse Républicaine de France et directeur d’Avant-Garde. C’est à ce titre qu’il fait en 1950 un voyage dans le Vietnam en guerre dont il rapporte des reportages et un livre pour la paix qui lui valent poursuites et condamnation. Secrétaire du Comité Central PCF de 1959 à 1964, directeur des Cahiers du communisme jusqu’en 1976, il est maire de Malakoff et conseiller général jusqu’en 1996 et se consacre ensuite à la rédaction de différents ouvrages sur le mouvement ouvrier. Léo Figuères est décédé le 1er août 2011 à 93 ans.

Revue de Presse